Les solutions d’emballage alimentaire éco-responsable face à l'explosion de la restauration livrée et à emporter

Signe des temps mais aussi de la survie d’une profession, le marché des repas à livrer ou emporter était estimé à environ 3.3 Md € et a progressé de 20% en 2020*. Les prévisions font état d’un doublement de ce marché à l’horizon 2022, pour atteindre 7 Md €.
Compte tenu de cette très forte croissance, il est plus que jamais essentiel de proposer aux commerçants et aux consommateurs des emballages alimentaires éco-responsables pour les activités de ventes à emporter et en livraison.

Ventes à emporter et livraisons à domicile : des marchés en forte croissance

Entre mars et octobre 2020, la part des ventes à emporter a doublé en restauration classique (à table) : 35% du total des visites contre 17% auparavant.
Du côté de la restauration rapide, la vente à emporter, qui représentait les deux tiers des commandes avant le premier confinement de mars 2020, a atteint 85% sur la même période.

Pour la restauration classique (à table), la livraison à domicile a permis d’éviter la fermeture totale des établissements. Les commandes livrées qui représentaient seulement 1% de l’activité avant mars 2020 sont passées à 8% entre mars et octobre 2020, et la tendance poursuit sa progression.

Un essor pas franchement eco-friendly…

S’il est devenu pratique de commander ses repas en quelques clics, on oublie hélas parfois ce que cela implique en matière de déchets : boîtes plastiques, couverts, sacs, le volume augmente inexorablement. « En 2019, ce sont en effet plus de 200 millions de repas qui ont été livrés, générant plus de 600 millions d’emballages à usage unique qui ont terminé dans nos poubelles », explique le ministère de la transition écologique, rappelant que « ce marché est en progression constante, de 20 % par an ».

En juillet 2020, alors secrétaire d’Etat à la transition écologique, Mme Brune Poirson a réuni les acteurs de la livraison de repas à domicile (restaurants, entreprises de livraison et fournisseurs d’emballage, etc.) et leur a demandé d’élaborer une « stratégie zéro déchet ». Il en est résulté une charte comportant parmi les principaux objectifs :

Réduire les contenants et emballages en plastique à usage unique. Il s’agit « d’atteindre 50 % des emballages livrés sans plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2022 et 70 % d’ici le 1er janvier 2023 ».

Bannir les résines plastiques les plus complexes à recycler à partir de juillet 2021 et atteindre 100 % de contenants et emballages recyclables en janvier 2022. De même, elle prévoit des mesures de sensibilisation des clients, comme l’amélioration de la visibilité des restaurants qui s’engagent en faveur de la réduction de l’impact environnemental de leurs emballages.

Les solutions d’emballage alimentaire éco-responsable

Les professionnels de la restauration sont désormais confrontés à un véritable défi : comment satisfaire la clientèle en termes d’emballage tout en respectant les enjeux environnementaux ?
Cette préoccupation a révolutionné le packaging des repas emportés et livrés qui se tourne de plus en plus vers les alternatives en matériaux naturels et biodégradables :

  • Le carton et le papier kraft pour les boissons chaudes, plats chauds, salades, sacs.
  • La bagasse pour les plats chauds, burgers, sauces.
  • Le PLA pour les plats froids, boissons froides, couverts, pailles.
  • Le bois et le bambou pour les accessoires : couverts, assiettes.

Toutefois, si ces nouvelles règles peuvent constituer pour certain une contrainte à court terme, elles sont aussi un moyen de se démarquer et d’améliorer son image de marque. Mettre en avant son engagement dans la préservation de l’environnement en limitant son empreinte écologique et la prolifération des déchets est un message fort. Il s’agit déjà d’un critère de choix pour de nombreux consommateurs, toujours plus sensibles au caractère éco-responsable de leurs achats.

*Source : Food Service Vision

Suivez-nous pour ne rien manquer de notre actualité :